La légende fut retranscrite par Vu Quynh, dans le Linh Nam chich quai, Recueil d'Histoires étranges du Linh Nam (XVe s.) :

« Cao avait deux fils, l'aîné s'appelait Tân, le cadet Lang. Les deux frères se ressemblaient comme deux gouttes d'eau ; personne ne pouvait les distinguer. A l'âge de dix sept ans, dix huit ans, ils perdirent leurs parents et vinrent suivre l'enseignement d'un ermite nommé Luu.

Luu avait une jeune fille de dix sept ans. La jeune fille plut aux deux frères ; chacun d'eux voulut l'épouser. Ignorant qui était l'aîné, elle leur offrit un jour une jarre de soupe avec une seule paire de baguette. Le cadet laissa son aîné manger le premier comme exige la coutume. La jeune fille reconnut ainsi l'aîné et le choisit pour époux avec le consentement de ses parents.

Marié, l'aîné délaissa son cadet qui en souffrait et en était humilié, se croyant être délaissé à cause de la jeune femme. Seul, sans en avisé son frère, Lang revint au pays natal. En cours de route, au milieu de la forêt, il dut franchir un ruisseau très profond. Il n'y avait pas de barque. Il pleura de douleur, si fort qu'il en mourut. Il se transforma en un aréquier.

L'aîné partit à la recherche de son frère et, ne le trouvant pas se jeta dans le ruisseau où il se mua en un rocher au pied de l'arbre. L’épouse, allant à la recherche de son mari et arrivant au même endroit, tomba sur le rocher et en mourut. A ton tour, elle se métamorphosa en une liane de bétel qui s'enroula autour du rocher et de l'arbre.

Les parents de la jeune fille partirent sa recherche. Arrivés à cet endroit, ils furent frappés d'une grande douleur et y élevèrent un temple pour y célébrer le culte des morts. Les habitants des environs, qui admiraient ces exemples de tendresse fraternelle et de fidélité conjugale, entretenaient pieusement l'autel avec des fleurs et des baguettes d'encens.

Une année, vers le 7e ou 8e mois, alors qu'il faisait encore chaud, le roi Hùng, en tournée d'inspection, s'arrêta devant le pagodon pour prendre un peu de frais. Il vit la plante grimpante au feuillage vert et abondant. Il en prit une feuille et porta à sa bouche. Il la mastiqua puis cracha. Sur le rocher, il vit apparaître une teinte rouge, exhalant une odeur particulière. Le roi fit chauffer un peu de pierre prise au rocher pour en faire de la chaux qu'il mastiqua avec le fruit de l'arbre et la feuille de la plante grimpante. Il y trouva une saveur agréable et parfumée ; ses lèvres et ses joues rougirent. Le roi comprit alors la valeur de ces ingrédients et les fit porter à son palais ».

Le Su Nam chi di, « Faits extraordinaires de l'Histoire de Vietnam », donne une version proche de celle du Linh Nam où le départ du jeune frère est dû à une confusion : « Un incident survint qui aggrava encore sa peine. Rentrant un soir des champs, Lang pénétra le premier dans la maison où régnait l'obscurité. Sa belle sœur, le prenant pour son mari, l'accueillit à bras ouverts. Tân, arrivant sur ces entrefaites, en conçut d'injustes soupçons. Lang, n'en pouvant plus, décida de s’enfuir pour cacher sa souffrance en quelque lieu secret ». Après sa mort, il se métamorphosa en un rocher tandis que Tân en un aréquier et son épouse en une liane de bétel. Cette version, plus tardive, nous semble plus conforme, tant sur la raison de la fuite de Lang que sur les métamorphoses, que la fille de Luu se transforme en bétel qui s’enroule autour de l’aréquier, son mari.

Une autre variante se raconte chez les Katou, ethnie de la province de Quang Nam et Thua Thiên : « Une vieille femme, ayant dix jeunes filles, parvint à marier l'une d'elles au Prince Serpent. Ses sœurs, jalouses, poussèrent l'époux à piquer sa femme. Grâce à un sorcier, cette dernière fut sauvée. Il s'ensuivit une lutte à mort entre le Prince Serpent et le magicien. Après leur mort, ayant recours à des herbes magiques, la jeune fille métamorphosa l'homme en un rocher, le serpent en un aréquier et elle en une liane de bétel ».