Pour protéger l'indépendance de son royaume et pour éviter de privilégier un pays par rapport à un autre, erreur qu'avaient commis des princes indiens, l'empereur Minh Mang (1820-1840) refusa d'établir les moindres relations diplomatiques et commerciales avec les pays occidentaux. Cependant, il n'ignora pas que son pays doit s'ouvrir aux techniques modernes. Pour cela, il toléra le commerce qui fut soumis à certaines conditions ; il fit ouvrir des écoles de langues étrangères et envoya des mandarins s'instruire à l'étranger.

En 1822, une mission menée par John Crawfurd arriva à Gia Dinh où elle fut reçue par le vice-roi Lê Van Duyêt. Le 25 septembre, l'empereur Minh Mang leur accorda audience à Huê. Le souverain déclina toute relation diplomatique mais autorisa la Compagnie des Indes anglaises de commercialiser avec le Vietnam dans les mêmes conditions que les Chinois ou les Français.

En août 1823, à la suite de la mission Crawfurd, deux navires anglaises vinrent accoster à Da Nang. Chaigneau alors à la Cour de Huê rapporta que l'empereur considéra ces marchandises comme de qualité inférieure à celles des manufactures françaises. Il n'accepta que « quelques bagatelles » (A. Salles, « Jean Baptiste Chaigneau et sa famille », Bulletin des Amis du Vieux Huê, 1923, n°1, pp. 91-92).

Parmi les cadeaux offerts à l'empereur Minh Mang figure un service de thé, en porcelaine blanche, de la manufacture Spode (Stroke-on-Trent, Angleterre).

Spode_markDe ce service, seules quatre pièces sont actuellement référencées et il n'en subsiste que deux, une assiette de dessert conservée au Musée d'Histoire du Vietnam, Hô Chi Minh-ville, et une tasse au Musée des Antiquités Impériales, Huê. En revanche, la localisation des objets étudiés par Louis Dumoutier dans « Sur quelques porcelaines européennes décorées sous Minh Mang » (Bulletin des Amis du Vieux Huê, 1914, n°1, pp. 47-50) reste à ce jour inconnu. Il s'agit d'une assiette de dessert du père de Pirey et une tasse du père Chinh (Hôi Yên, Quang Tri).

La marque « Spode / 3466 » figure en rouge sur la base des assiettes. Elle est inscrite sur les porcelaines de la manufacture entre 1799 et 1833. Seul la référence du décor « 3466 » apparaît sur la base des tasses.

Tasse_Hue_bloggMod_le_tasse_Spode_Blogg

 

Le Musée des Antiquités Impériales, Huê, conserve une tasse[2] dont l'anse fut endommagée. Elle est similaire à celle dans l'ancienne collection du père Chinh[3] (Hôi Yên, Quang Tri). En porcelaine blanche, sa forme, London shape, est caractéristique des productions de Spode des années 1820.

Mark_tasse_MM_5e_bloggLe décor modelé en léger relief est surnommé French embossed ou Floral wreath. Il est constitué, dans la partie supérieure, de deux bandes parallèles s'entrecroisant et se terminant par des rinceaux, fleurs et un noeud, et, au niveau du pied, d'une frise de lambrequins au-dessus d'une bordure perlée. Répertorié dans les registres de la manufacture sous le numéro 3466, ce décor a été créé en 1822. Il semblerait que sa sobriété ne plut pas à l'empereur Minh Mang qui ordonna, en 1824  que ce service fut transféré au ateliers impériaux afin qu'un nouveau décor soit rajouté comme l'atteste la marque inscrite en bleu 明命五年增畫, Minh Mạng ngũ niên tăng họa (1824). L'artiste vietnamien se contenta, au début, de rehausser en émaux polychromes les motifs en léger relief et de rajouter un bouquet de fleurs peint dans le style européen, témoignant ainsi l'influence du style anglais dans l'art de la Cour de Minh Mang.

[1] Mes sincèrements remerciements à Madame Pam Wooliscroft, conservateur du Spode Museum Trust. Pour le dessin préparatoire de la tasse 3466 : Courtesy of the Spode Museum Trust. Cpoyright Spode.

[2] Tasse, Angleterre, vers 1822-23, Spode (Stroke-on-Trent, Staffordshire), porcelaine blanche, décor en émaux polychromes, D. 7,60 cm, H. 5,20 c, marque « Minh Mang ngu niên tang hoa » (« décor ajouté la 5e année Minh Mang », soit 1824), Musée des Antiquités Impériales, Huê, BTH.1465.S-1.GM-4162.

[3] Tasse, Angleterre, vers 1822-23, Spode (Stroke-on-Trent, Staffordshire), porcelaine blanche, décor en émaux polychromes, marque « 3466 » et « Minh Mang ngu niên tang hoa » (« décor ajouté la 5e année Minh Mang », soit 1824), localisation inconnue, anc. coll. du R.P. Chinh, Hôi Yên, Quang Tri, reprod. Dumoutier Louis, « Sur quelques porcelaines européennes décorées sous Minh Mang », Bulletin des Amis du Vieux Hué, 1914, n° 1, pp. 48-49, fig. 4.