Dans l'impossibilité de réinstaurer son pouvoir au Tonkin par ses propres forces, l'empereur Tu Duc (1848-1883) fut contraint de s'allier avec le chef des Pavillons Noirs (les Pavillons noirs sont des pirates chinois qui se sont installés à la frontière sino-vietnamienne), Luu Huu Phuoc, en le nommant gouverneur de Lao Kay et de faire appel au vice-roi chinois de Canton pour réprimer les insurrections des prétendants des Lê. Le gouvernement de Beijing envoya une armée au Vietnam. Cet appel fut considéré par la France comme une violation du traité Philastre (15 mars 1874). Jules Ferry, alors président du Conseil, fit voter des crédits pour une expédition militaire au Tonkin. Charles Le Myre de Vilers, gouverneur français en Chine, envoya le capitaine de vaisseau, Henri Rivière, et deux compagnies en renfort à Hanoi, où la France disposait d'une petite garnison, avec ordre de n'utiliser la force qu'en cas d'absolue nécessité.

Le capitaine de vaisseau Rivière débarqua à Hai Phong avec une centaine d'hommes et deux cannonières.

Exp

Il arriva à Hanoi. Malgré sa méfiance (rappelons que l'attaque de Hanoi par l'aventurier Garnier ne remonte qu'à peine dix ans), le Gouverneur de Hanoi Hoang Diêu le reçut courtoisement, tout en accélérant les préparatifs de défense de la citadelle.

Rivière, craignant un encerclement, fit venir des troupes de renfort et des navires de Hai Phong. Le 25 avril, il fit parvenir une lettre-ultimatum au Gouverneur exigeant l'évacuation de la citadelle après un délai de trois heures. A 8 heure de matin, il ordonna le bombardement de la Porte Nord par les cannonnières Fanfare, Massue et Carabine. A 11 heure, la citadelle fut prise. Le Gouverneur Hoang Diêu choisit de se pendre plutôt que de se rendre. Rivière démantela l'ouvrage.

Le représentant de la France à la Cour d'Annam, Rheinart assura l'empereur Tu Duc que l'attaque de Hanoi eut lieu sur la seule initiative de Rivière (d'ailleurs Rivière écrivait à un ami : « A mon sens, il le fallait mais on ne peut pas être de cet avis à Paris et, en tout cas, on n'est pas de cet avis à Saigon. Le gouverneur a voulu réussir par la diplomatie lente à Hué. Il m'a jeté par-dessus bord et désavoué le tout. Malgré cela, il n'arrive à rien ») et suggéra d'envoyer un nouveau gouverneur pour parlementer avec Rivière. Le capitaine de vaisseau rendit la citadelle au Gouverneur tout en occupant le Palais Royal. Les pourparlers s'éternisèrent. Rivière posa quatre conditions (reconnaissance du Protectorat, la cessation de la ville de Hanoi aux Français, ouverture du Tonkin aux commerces, et céder le pouvoir commercial aux Français). La Cour refusa de céder à ses exigences. L'empereur demanda l'aide à la Chine qui envoya des troupes à Bac Ninh et Son Tay.

Les trois premiers décors de « l'Expédition du Tonkin », à savoir la « prise de Hanoi », la « prise de Nam Dinh » et la « mort du commandant Rivière », célèbrent l'action « personnel » du commandant Rivière, entrepris sans le consentement du gouvernement colonial de Saïgon. Mais, avec la mort de Rivière, le gouvernement de Jules Ferry récupéra ces évènements pour prétexter l'envoi des troupes et débuter la conquête du Tonkin. La série « Expédition du Tonkin » ne pouvait dans ce cas omettre ces actions.