37

44Les mandarins en audience ordinaire dans la cour du Palais Can Chanh.

Sous Gia Long, les audiences ordinaires (thường triều), destinées à résoudre les affaires courantes du royaume, furent quotidiennes. Elles se déroulaient sur l’Esplanade du Grand Protocole ou Đại Triều Nghi, située dans la cour de l’enceinte du Palais de Cần Chánh, derrière la Porte de la Grande Résidence connue sous le nom de « Porte Dorée », Đại Cung Môn. Constatant que leur déroulement quotidien entraînait un retard considérable dans le travail des ministres et des mandarins, l’empereur Minh Mang ordonna, en 1832, qu’elles n’eurent lieu que trois fois par mois et  que seuls les mandarins lettrés du 1er au 5e degré et les mandarins militaires 1er au 4e degré ont droit d’y participer.

Durant la période de deuil à la Cour, l’empereur Tu Duc décida que, faute d’audience, le souverains recevait les ministres dans le Palais de la Gloire Littéraire (Văn Minh điện)  et d’y faire participer temporairement, certains mandarins de rang inférieur afin de connaître la situation du royaume.

Le costume des audiences ordinaires se composait d’une tunicelle portée sous une robe dite y et d’un bonnet. Pour les mandarins subalternes, cette tenue servait de vêtement officiel lors des grandes cérémonies hors du palais. Leur couleur et leur forme diffèrent selon les degrés.

2Mandarin des trois premiers degrés en tenue d’audience ordinaire.

La tenue des mandarins civils et militaires sont similaires pour les trois premiers degrés. La robe y est en satin sa đoạn, de couleur bleu (thanh), vert (lục), bleu foncé (lam) ou noir (hắc), selon le désir d’un chacun. Elle est fendue sur le côté, munie de larges manches et à col croisé dit giao lãnh de couleur blanche (bạch). Son unique ornement était un insigne carré placé devant au niveau de la poitrine et dans le dos. Ce carré appelé bổ tử était tissé et brodé de fils de soie polychrome et de fils d’or. Il indiquait le rang du mandarin, civil ou militaire. Les civils avaient un oiseau au centre du carré et les militaires un animal.  Ainsi, les mandarins civils des deux premiers degrés porte une grue des immortelles (tiên hạc), ceux du 3e degré un argus (cẩm kê) tandis que les militaires du 1er degré ont droit au qilin (kỳ lân), ceux du 2e degré une variante du qilin appelée (bạch trạch) et ceux du 3e degré un lion (sư tử).

En dessous de cette robe, ils doivent porter la même tunicelle (cf. http://carnetdephilippe.canalblog.com/archives/2012/01/16/23250633.html ) que pour les audiences solennelles.

3Surplis  du mandarin Nguyên Tri Phuong.  (© Paris - Musée de l'Armée, Dist. RMN - Emilie Cambier / Pascal Segrette).

Le Musée des Armées (Paris) conserve la robe y et les bottes ayant appartenues au généralissime Nguyên Tri Phuong (1800-1873). En 1871, il fut nommé par l’empereur Tu Duc au titre de Võ Hiền Điện đại học sĩ, l’un des Quatre Piliers de l’Empire, et mandarin civil du 1er degré 1ère classe. Ainsi sur la robe y de couleur verte à doublure bleu portant un carré avec une grue des Immortels brodée.

 

Les mandarins civils portent un bonnet appelé bonnet văn công quan, qui est une variante du bonnet cánh phượng (« aile de phénix ») datant des Lê. Il est orné d’ornements en or dont les deux fleurs kim ba, les dragons giao long et des fils d’or. Les franges (lưỡng ánh) sont ornés également d’or mélangé à de perles (châu).

4Bonnets des mandarins civils (haut) et militaires (bas) des 3 premiers degrés lors des audiences ordinaires (d’après des dessins de Tôn Thât Sa, BAVH, juill- sept. 1916).

Le bonnet des militaires des trois premiers degrés est appelé hổ đầu quan. (« Bonnet Tête de tigre »). Cette coiffe est également une variante de celle des Lê. Il est orné d’ornements en or et surmonté d’un pompon.

4Mandarin portant le bonnet đông pha quan.

Les mandarins du 4e degré portaient une robe y en satin sa đoạn de couleur bleu ou noire avec un carré mandarin orné d’un paon (khổng tước) pour les civils et un tigre (hổ). En dessous, figure une tunicelle de couleur foncé avec des broderies dans des réserves les mêmes motifs que sur les carrés mandarins.

5Carré de mandarin de 4e degré à décor de paon, 20e siècle (coll. part.).

Pour les audiences ordinaires, le bonnet usité est le bonnet đông pha quan qui serait identique pour les mandarins du 4e au 6e degré. Seuls les ornements varient selon la hiérarchie. Pour les dignitaires du 4e degré, figurent deux fleurs en or et des dragons giao long en argent à l’avant et une fleur en or et deux dragons en argent à l’arrière.

6Bonnet đông pha quan des mandarins civils du 4e degré (d’après des dessins de Tôn Thât Sa, BAVH, juill- sept. 1916).

7Détails : Chef de canton (photo de Léon Busy).

Les mandarins militaires sont coiffé d’un bonnet dit xuân thu quan (« bonnet Printemps Automne ») avec des ornements en or pour les fleurs et des dragons en argent.

8Bonnet xuân thu quan des mandarins militaires du 4e degré (d’après des dessins de Tôn Thât Sa, BAVH, juill- sept. 1916).

Les mandarins du 5e degré porte, au dessus de leur tunicelle bleu foncé, une robe y en satin bleu avec un carré en drap rouge (xích vũ đoạn) portant l’image d’une oie (vân nhạn) pour les civils et un léopard (văn báu). La coiffe est ornée de deux fleurs et deux dragons giao  long en argent en avant et d’une fleur et deux autres dragons à l’arrière.

9Carré de mandarin, 19e siècle (Musée Ethnologique, Hanoi).

La tenue et le bonnet des mandarins du 6e degré est similaire au 5e degré avec une broderie pectorale représentant un faisan blanc (bạch nhàn) pour les civils, un ours (hùng) pour les militaires.

 

Le bonnet des mandarins du 7e au 9e degré est une variante de celui des mandarins civils du 4e au 6e degré. Il est appelé văn tứ tài (« Bachelier littéraire pouvant accéder au concours du Palais »). Les mandarins du 7e degré ont droit à deux fleurs et 2 dragons giao long en argent  à l’avant ; ceux du 8e degré à une fleur en argent à l’avant et arrière ; et ceux du 9e degré, une seule à l’avant.

10Bonnet văn tứ tài des mandarins civils du 7e degré (d’après des dessins de Tôn Thât Sa, BAVH, juill- sept. 1916).

La robe y est de couleur bleu et la tunicelle thường bleu de jade ou vert mandarin.

Seul le carré diffère : un héron à aigrette (lộ tư) pour les mandarins civils du 7e degré, un petit tigre (bưu) pour les militaires du 7e degré, un oiseau d’eau (kê-xích) pour les civils du 8e degré, un hippopotame (hải mã) pour les militaires du 8e degré, une caille (liêu thuần) pour les civils du 9e degré et un rhinocéros (tề ngưu) pour les militaires du 9e degré.

 

Il semblerait qu’après Tu Duc, principalement sous les derniers empereurs Nguyên, seule la couleur bleu fut usité pour la robe y. De plus, le robe en satin sa đoan est remplacée par une en gaze tissée de motifs traditionnelles ton sur ton et doublée de satin blanc, munie d’un col kimono de même couleur.

11 La robe y tardive d’un mandarin de 4e degré (collLa robe y tardive d’un mandarin de 4e degré (coll. part.)

Cette photographie de Léon Busy montre un mandarin en costume d’audience ordinaire prise en 1916. Il est coiffé du bonnet đông pha quan dont on peut voir les ornements en argent : au moins une fleur et 2 dragons giao long. Sa robe y est en gaze bleu doublée de satin blanc.  On aperçoit en dessous de cette robe le bas de la tunicelle de couleur vert mandarin. Grâce à ce dernier détail, on peut affirmer qu’il s’agit d’un mandarin de 5e degré et que l’oiseau figurant sur le carré pectoral est une oie.

12Mandarin de 5e degré, 1916 (photo de Léon Busy).

Philippe Truong