Le kim khánh 金磬 ("gong en or") est un ordre décerné par les souverains d'Annam. On ignore pour le moment sa date de création. Elle remonte probablement au règne de Gia Long (1802-1820) ou Minh Mang (1820-1840).

1

Khanh en jade datant de Thiêu Tri (1841-1847)

Thiêu Trị trân bửu 

Le Kim khanh en or, particulièrement ouvragé de deux dragons en relief rendant hommage au soleil, rehaussé de perles fines, avec deux idéogrammes Ân tứ 恩賜 ("Don du Roi") composés de perles, est un  véritable oeuvre d'art. Il fut destiné à un membre de la famille impériale ou à l'un des quatre éminents dignitaires conseillers du souverain, les "Piliers de l'Empire". Il daterait des premières périodes.

2

Kim khanh Ân tứ

Le Kim khanh est rarement accordé et destiné à récompenser les hauts faits des officiers généraux et supérieurs ainsi que les éminents services des mandarins civils. Seuls les mandarins civils et militaires de rang supérieur ont le droit de la porter, les autres titulaires doivent les conserver chez eux et reçoivent le kim tiền, 金錢 "sapèque d'or" ou le ngân tiền, "sapèque d'argent" (Décret de Dông Khanh, 1885).

La plaque, en forme de gong, sont soit en or (kim khánh), en simili or (tử kim khánh) ou en argent (ngân khánh). Sur son pourtour, figurent deux dragons en relief rendant hommage au soleil (ou perle enflammée). Cette plaque est percée de deux trous. Le trou supérieur permet le passage d'un cordonnet afin d'être porter en sautoir. Celui du bas supporte une passementerie à base de perles et de fils de soie ou d'or, selon les classes.

Jusqu'en 1885, le kim khanh n'avait que deux classes :

1. Le Đại hạng Kim Khánh ("Kim Khánh hors classe")

2. Le Kim Khánh ("Kim Khánh")

A partir de 1885, il existe trois classes :

1. Le Đại hạng Kim Khánh ("Kim Khánh hors classe") porte sur l'avers la mention Đồng Khánh sắc tứ 同慶敕賜 ("Décerné par l'empereur Dông Khanh") et au revers báo nghĩa thù huân 報義酬勳 ("Témoigner de la reconnaissance et rendre les bienfaits") ;

2. Le Trung Kim Khánh ("Kim Khanh moyen module") similaire au précédant mais plus léger ;

3. Le Thứ Kim Khánh ("Kim Khanh inférieur") porte à l'avers l'inscription sanh thiện thượng công (...)善賞功 ("Perpétuer la bonté et récompenser les mérites").

4. Le Tiểu Kim Khánh ("Petit Kim khanh") avec lao năng khả tưởng 勞能可槳("Son travail et son talent méritent des louanges")

A partir de la 12e année de Thành Thai (1900), les kim khanh réservés aux mandarins vietnamiens se composent de trois classes portant sur le verso :

1. Báo nghĩa thù huân 報義酬勳 ("Témoigner de la reconnaissance et rendre les bienfaits") ;

2. Gia thiện sanh năng 嘉善(...) ("Louer la bonté et perpétuer le talent"),

3. Lao năng khả tưởng勞能可槳("Son travail et son talent méritent des louanges").

3

Kim khanh hors classe

Báo nghĩa thù huân 

Pour les Français et les étrangers, l'empereur créa un kim khanh composé également de trois classes. L'avers porte l'inscription en caractère sino-vietnamien : Đại Nam Hoàng đế sắc tử ("décerné par l'empereur d'Annam") et sur le revers :

1. Nhất hạng Kim Khánh 一項金磬 ("Kim khanh première classe")

2. Nhị hạng Kim Khánh 二項金磬 ("Kim khanh seconde classe")

3. Tam hạng Kim Khánh 三項金磬 ("Kim khanh troisième classe").

4

Kim khanh seconde classe

Đại Nam Hoàng đế sắc tử et Nhị hạng kim khánh

L'empereur décernait également des kim khanh hors classe aux hauts mandarins méritant ayant atteint un âge avancé (60 ou 70 ans) portant au revers une inscription célébrant sa sagesse, son grand âge ou ses mérites.

Il existe une version tardive du kim khanh où les dragons et les inscriptions sont remplacés par un bosquet de bambou, un pinceau (représentant les mandarins civils) et une épée (les mandarins militaires). La présence des bambous tenterait de la dater de la première République du Vietnam sous la présidence de Ngô Dinh Diêm.

7

Kim khanh version Ngô Dinh Diêm

Les ngọc khánh 玉磬 ("gong en jade") est une distinction supérieure au kim khanh hors classe. Ils ne sont réservés qu'au mandarin de première classe méritant. Il porte l'inscription Trân bửu 珍寶 ("Objet précieux") précédé du nom du souverain, témoignant ainsi la valeur de cette décoration.

8

Khanh en jade datant de Khai Dinh (1916-1925)

Khải Định trân bửu 

A côté de cet ordre, figure un khanh de taille plus petite, en simili or ou en argent, portant l'inscription bổn mạng trường sanh ("longue vie") qu'il conviendrait de différencier de l'ordre. Ce n'est qu'un bijou porte-bonheur destiné enfants et non un quelconque kim khanh.

9

"Faux" khanh en argent

bổn mạng trường sanh